Château de Beaucastel rouge 2011 (AOC Châteauneuf-du-Pape)

La famille Perrin s'occupe depuis 1909 de Château Beaucastel, d'abord Pierre Perrin a établi les bases, Jacques Perrin l'a fait grandir et Jean-Pierre et François ont fini de situer ce château parmi les “grands crus” du Rhône sud. Le Grenache ne peut pas manquer pour apporter la rondeur (30% ici). Le Mourvèdre donne couleur et tanins capables de résister un élevage (30% aussi). La Syrah, en 10%, offre la structure. La Counoise (10% aussi) apporte le côté local et l'authenticité. Le Cinsault (que 5%) c'est le fruit éclatant. Le 15% restant va se faire completer par un ensemble de cépages où il y a la place pour les blancs (Roussane, Bourboulenc, Clairette) et pour les rouges locales (Terret, Muscardin ou Picardan). Tout éléve séparément selon le type de cépage pour atteindre l'excelence.


Visuellement une moyenne opacité, aux larmes groses et colorées d'une robe direction briquet. Au nez une haute intensité et une énorme complexité: des fruits mûrs (mais pas cuits), réglisse, terre battue, boîte à cigarres, empyreumatiques, des pins...Richesse aromatique dévéloppée lors des années. En bouche une entrée ronde et ample. La suivie d'une superbe texture soyeuse et vibrant continue avec une ampleur magnifique. Bien sur qu'on y retrouve une délicieuse palette de sensations dûes à l'évolution: garrigue, pins, sous-bois, épice noire, vénaison, encre, gunflint, romarin... La fraîcheur en deuxième place éclipsée par une volume impériale. Une finale de 14'5 % vol. et une persistance éternelle accompagne aux notes de cuir et des fruits mûrs.


Si vous visitez ce Château vous pourrez voir un terroir de 110 hectares composés des typiques galets roulets émmagaçinant la chaleur rhôdanienne et couvrant les sols d'argiles, calcaire et sables brunes ou blondes. Un vin mythique et encontournable si vous aimez Châteauneuf-du-Pape. Un vin seulement accesible aux millionaires ou aux bons Sommeliers de France (environ de 120 euros sur différents sites web et plus ou moins 290 euros sur un établisement étoilé). Attention au service, je ferais un carafage délicat face le client, sur une température de 12'8º C (le vin) en train d'expliquer le premier paragraphe. Comme accord pour moi c'est clair aussi: Une entrecôte grillée issue du croisement Hereford, Charolaise, Angus. Cueillette de salade fraîche assaisonnée du tigre qui pleure aux pistaches.

 


No hay comentarios:

Publicar un comentario